DISNEY RÉINVENTE SES CLASSIQUES, À TRAVERS UNE COMMUNICATION FORTE AVEC INTO THE WOODS

Après le film Maléfique et la série télé Once Upon a Time, Disney continue de réinventer les contes de fées avec Into the Woods qui est l’adaptation de la comédie musicale à succès du même nom, tiré des contes des Frères Grimm. Signé Rob MarshallInto The Woods  est le film musical qui a séduit le public américain à Noël dernier. Sorti en France le 28 janvier 2015, il ne réussit qu’à séduire à demi-teinte le public français, malgré ses choix marketing judicieux et son casting composé par des stars hollywoodiennes.

1

Intro the Woods : promenons-nous dans les bois propose un best-of des contes de Grimm, revisités avec irrévérence.

Grande surprise, la bande-annonce d’Into the woods est instrumentale et ne comprend aucune chanson. Elle présente les principaux personnages qui répète la même réplique: «Je souhaite»… Cette bande-annonce montre des décors aussi gothiques et impressionnants que ceux de Maléfique, dans la même lignée que Shrek, Il était une fois, ou Blanche-Neige et le Chasseur. Into the woods détourne les personnages mythiques de Cendrillon, Le Petit Chaperon rouge, Jack et le Haricot magique ou encore Raiponce.

Une adaptation édulcorée pour toucher une cible plus large :

Avec la relecture désenchantée des contes de fées, fini le «ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants». Into the Woods version cinéma est plus édulcorée afin de toucher une cible plus large.

En effet, selon son créateur Stephen Sondheim, il a déclaré que:

« certaines intrigues ont été modifiées pour convenir à un public plus jeune. Cette relecture se fera sans les passages les plus sombres de la pièce (mort d’une héroïne, infidélité). »

Mais le film reste plus fidèle que d’autres adaptations, aux contes originaux des Frères Grimm qui sont très violents et très sombres. Into The Wood s’en rapproche tout en restant regardable par les plus jeunes, malgré des scènes dures telle que celle des demi-sœurs de Cendrillon qui vont jusqu’à se couper les orteils ou les talons pour entrer dans le soulier.

Disney  surf sur la  nouvelle tendance dark storie qui consiste à casser l’image des contes de fées

Disney est passé maître dans l’art d’adapter à l’écran les contes enfantin pas très joyeux en véritables contes de fées. Avec Into the woods, Disney fait encore mieux, il offre aux téléspectateurs 4 histoires revisitées en une. Cette stratégie marketing est très bien pensée, à l’heure d’aujourd’hui le public a fait le tour de ces histoires, et ils sont lassés des histoires gnangnan d’amour et de l’apologie du bien et du mal. Disney a bien compris les nouvelles attentes des téléspectateurs. En effet, l’enchevêtrement de ces quatre histoires, rend plus complexes les personnages et plus réaliste les histoires, dans le but de toucher une audience plus large.

Les vieux archétypes sont ainsi évacués dans la première demi-heure, comme le Grand Méchant Loup pour se focaliser sur le couple de boulangers en mal d’enfants. Disney ose réactualiser sa morale, afin de sortir d’une bienséance devenue pesante pour le public et jugé trop éloignée de la noirceur et de la violence des contes originaux. Disney va plus loin avec Into  the woods, ici les héros peuvent mourir, il n’y a pas de personnage réellement bon ou méchant et les pires caractères humains sont représentés. Par exemple le Prince trompe Cendrillon avec une belle boulangère, mariée qui ne veut plus de son époux.

tumblr_nibzyxd2Hh1qhn17jo1_500    tumblr_nhuewtMI6V1rcdtjro1_500

©tumblr

Les 3 pillés de la communication d’Into the woods :

  • Une communication qui s’appuie sur la notoriété des acteurs :

Disney a réuni une distribution exceptionnelle composé de célèbres stars hollywoodiennes, susceptible d’attirer diverses cibles. Meryl Streep endosse le rôle d’une sorcière caractérielle, Johnny Depp y est grimé en grand méchant loup, Anna Kendrick y interprète une Cendrillon mélancolique tandis que Chris Pine revêt le rôle du prince charmant. Emily Blunt et James Corden incarnent les malchanceux boulangers.

actors_poster_1
©brainsonic

Meryl Streep est l’un des gros points forts du film, sa prestation est jugé incroyable par les critiques et la presse.Elle est le personnage préféré des spectateurs à 40% selon une étude menée par Brainsonic. Elle a d’ailleurs obtenu un oscar pour son rôle.

actors_poster_2
©brainsonic

Johnny Depp, acteur emblématique pour ses transformations physiques, et qui touche principalement un public féminin.Même s’il ne fait qu’une brève apparition il est le second point fort du film. Il est le second personnage préféré des spectateurs à 22% selon l’étude de Brainsonic.

Anna Kendrick, Chris Pine et Emily Blunt ne sont pas de grosses pointures du cinéma, mais ils permettent d’attirer un public jeune. Anna Kendrick connue pour son rôle dans Twilight, Emily Blunt dans Edge of tomorrow et Chris Pine dans Star Trek mais également connut pour la pub du parfum Armani Code (où il devient le fantasme n°1 des femmes).

11
©collider
  • Une communication qui s’appuie sur la notoriété des maîtres dans leur domaine: Rob Marshall et Stephen Sondheim

Rob Marshall célèbre réalisateur de Nine ou encore Chicago, il est connu pour ces comédies musicales. Certaines séquences sont gravées dans les mémoires des téléspectateurs, avec notamment au Cell Block Tango, ou encore Be Italian. Rob Marshall est épaulé par le célèbre compositeur et parolier de comédies musicales Stephen Sondheim, connus notamment pour ces compositions dans Sweeney Todd, West Side Story et A Little Night Music.

Cette forte notoriété, ajoute un argument de poids et sécurise le publique sur la qualité du contenue musicale du film.

  • Une communication s’appuyant sur un concept d’affiche originale

Into the Woods communique à l’aide d’affiches originales,  avec une série de 10 portraits animés représentant individuellement les personnages du film. Ces affiches, permettent de recréer l’ambiance des contes de fées sombre propre à l’univers des Frères Grimm. Dans la plupart des affiches animées, la seule animation est mise sous forme d’ombres mouvantes et reflet de la lune.

Ces animations subtiles sont une tendance très créatives de nos jours, pour communiquer sur un film, comme nous le prouve ici Disney ou encore Divergente 2 qui vient de sortir.

itw_Witch itw_Wolf itw_Cinderella itw_Prince    itw_Rapunzel     itw_LittleRed

En résumé Into the woods adopte une bonne stratégie dans le but de se différencier (affiches animées et histoires plus réelles). Mais aussi, afin de toucher une très large cible à travers de tous les fans de Disney, les fans de comédie musicale (et donc Rob Marshall) et les fans de n’importe lequel de ces acteurs.

Que nous réservent les prochains Disney ?

Seront-ils dans la lignée stratégique d’Into the woods et casseront-ils l’image des contes de fées ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s