L’ESCROC DE WALL STREET, L’ART DE VENDRE TOUT ET N’IMPORTE QUOI !

« THE WOLF OF WALL STREET » l’autobiographie de Jordan BELFORT sorti en 2007, adapté au cinéma par Martin SCORESESE en 2013. C’est le plus gros succès de Martin Scorsese au box-office mondial. A travers ce film, on découvre ou redécouvre des stratégies pour agrandir sa clientèle et obtenir une notoriété sans précédent. La communication de ce film est vraiment particulière tant le ton est explicite.

a   aa

Pourquoi parler de cette histoire ?

On découvre comment un bon vendeur, développe ses compétences de formateur et a changé la vie de centaines entreprises en les enseignant des techniques de vente.

aaa

Aujourd’hui, nous assistons à la montée du marketing digital, incontournable dans les entreprises à l’ère du numérique. Mais n’oublions pas, le marketing direct qui existe depuis des années. En maintenant un contact réel avec le client, on crée des relations solides et permet de le fidéliser.

Communication scandaleusement surprenante 

Le cinéaste newyorkais, Scorsese, a un cercle de fan en France.

La mise en place de la stratégie a été bien élaborée. Effectivement, la communication s’est orientée vers une cible jeune et cinéphile en passant principalement par la télévision. D’ailleurs, il établit un partenariat avec les chaînes : NJR et canal +.

D’une part, le film sort le 25 décembre 2013 en France. On pourrait envisager que nombreux sont ceux qui partent en vacances. Sachant cela, ce choix audacieux s’est révélé être un coup de maître. Le film atteint 2,8 millions de spectateurs français.

D’autre part, la production américaine a avancé la sortie, également le 25 décembre, afin de pouvoir concourir aux awards de 2014. Le succès du film aux Golden Globes quelques semaines après sa sortie, couronnant la prestation de Dicaprio a d’ailleurs permis de faire une campagne marketing de relance (nouvelles affiches, nouvelles bandes annonces…).

aaaa

Juin 2013, ils font le buzz en lançant un premier teaser en ligne où entend le tube black skin head  du rappeur américain Kanye West révélant la provocation du film. En effet, les affiches et la bande-annonce a été relayé sur les réseaux sociaux et notamment parodiés par de nombreuses personnes sur le net. La communication est très prononcée, il use en Australie de ‘’stunt marketing’’ (événement choc visant à créer du buzz). Le groupe JCDECAUX, spécialiste de la publicité urbain, met 10 000$ dans des abribus et l’argent tombait du ciel sur l’acteur grâce à un système de soufflerie. Ainsi, il réussit à attirer l’attention des lecteurs tout en mettant l’accent sur le cynisme du film.

La clé du succès est de susciter un engouement sans précédent. Une suite de ce livre est parue, Catching the Wolf of Wall Street. Alors, n’hésitez pas à dévorer ce livre !

C’est mon premier article du blog et j’espère que vous avez appris des nouvelles choses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s